Annonce Test

Chronologie et Histoire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Utajiri
Admin
Crédits Signa : *
Messages : 34
Date d'inscription : 11/10/2015

Revenir en haut Aller en bas
Chronologie et Histoire


HISTOIRE

 

« Avant Utajiri : La Terre »


"La Terre, cette merveille du Monde que l'Humanité s'apprête à mettre à mort." tels étaient les grands titres de la plupart des journaux peu avant la catastrophe. Aux problèmes de climat aux allures ingérables s'étaient depuis des mois déjà greffées moult tensions à travers le globe. Aux quatre coins du Monde les scientifiques et les équipes médicales étaient formelles: l'Humanité se mourait au même titre que la planète qui l'hébergeait, pourtant les gouvernements ne semblaient pas posséder de situation adaptée pour inverser la tendance. Les mouvements pour la paix ne semblaient être qu'un murmure inaudible dans un vent de panique qui évolua en l'espace de quelques mois en un conflit mondial, chaque pays rejetant sans cesse la faute sur son voisin quant à la situation. Les difficultés d'approvisionnement de la population en nourriture étaient la braise, l'égoïsme des gouvernements étaient le vent qui soufflait sur cette dernière, embrasant les derniers brins de paille qui, bien trop secs pour résister s'enflammèrent comme une trainée de poudre. Les conflits sociaux tournèrent en guerres, les guerres de frontières devinrent nucléaires. Il ne fallut que quelques mois à l'Humanité pour tirer une balle mortelle à la planète bleue.

Face à l'urgence de la situation, nombreux furent les pays à annoncer un cesser le feu qui arriva malheureusement trop tard. Toute la technologie du monde ne suffirait pas à réanimer une planète mise à feu et à sang, aussi, un ancien projet fut sorti de son tombeau de papier. L'on réunit les plus grands esprits que la Terre puisse encore compter afin de rendre possible le projet Exodus avant que tout espoir ne soit perdu. Ce projet lancé quelques décennies auparavant consistait à trouver une solution pour mettre la population à l'abri en cas de danger d'extinction dans d'immenses Arches en direction d'Utajiri, une planète habitable découverte en 2025, une "issue de secours pour l'Humanité", telle fut la description du projet par les médias. Si le projet laissait bien des âmes sceptiques, il n'en fut pas moins une lueur d'espoir pour la plupart alors que les survivants des conflits nucléaires vivaient confinés dans des zones de survie depuis des semaines, des mois.

Le lancement des douze modules d'Exodus eut lieu entre Août et Décembre 2045, emportant à leur bord, près de 3000 survivants parmi les individus les plus sains des camps de survie. Il n'était pas possible de mener à bord des Arches la totalité de l'Humanité et des choix durent être faits, choix qui suscitèrent nombres de protestations qui ne furent pas écoutées. Mieux valait 3000 survivants à l'extinction de l'espèce Humaine.

Il faudra près de 25 ans de voyage pour atteindre les abords d'Utajiri, un trajet de longue haleine et qui, contre toute attente, se passa sans accroc. L'atterrissage en revanche ne fut pas de tout repos et sur les douze Arches qui composaient Exodus, seules six purent se targuer de ne pas essuyer de pertes. Trois virent leur équipage et les voyageurs décimés au complet, les autres essuyèrent des dommages et pertes plus ou moins importants.

En hommage à ces premières victimes dans un Monde inconnu, l'on décida de remettre le calendrier à zéro. Le premier jour sur cette nouvelle planète marqua ainsi le premier jour de la première année d'une nouvelle vie.


« Après la Terre : Utajiri »


La colonisation de la planète ne fut pas aussi simple que ce que beaucoup imaginaient. Lors de l'arrivée sur Utajiri, les seules données connues concernant la planète étaient des données scientifiques prouvant que l'environnement était habitable et non mortel pour l'être humain. L'urgence du projet avait empêché toute recherche supplémentaire et seule quelques données incomplètes purent être observées lors du voyage jusqu'à la planète de sauvetage. Il fallut donc s'adapter à un environnement inconnu, qu'il s'agisse de la flore ou de la faune, souvent similaires à la Terre mais pourtant uniques. Au delà de ces inconnues, ce fut la découverte de populations autochtones qui mis rapidement le projet en danger. Ce fut du moins ce que les autorités de la flotte laissèrent entendre et l'on vit ainsi rapidement des tensions se créer. Les forces terriennes, plus développées, n'eurent pas grand mal  maintenir la plupart des conflits loin de la ville, et allèrent rapidement plus loin. Les populations qui se montraient hostiles furent repoussées toujours plus loin, avec tant d'ardeur que l'on parla même d'acharnement, des décisions qui n'allaient pas toujours dans le sens de terriens survivants.

Les Konas du clan Mudroho, peuple des arbres qui vivait à la frontière de la zone délimitée par les terriens à leur arrivée furent sans doute les plus curieux et pacifiques de tous. Le terme Prescients vint d'eux et est aujourd'hui utilisé par la plupart pour parler des colonisateurs. Les Konas ont rapidement appris à utiliser ces nouveaux venus à bon escient, malgré qu'ils gardent une méfiance certaine, il semblerait que pour eux, les conflits soient inutiles tant que des bons compromis sont envisageables. Les Prescients même à ce jour savent encore peu de choses quant à l'autre partie du peuple Kona, ceux que l'on appelle les Kanibals. Il est aujourd'hui rare que ces derniers n'approchent de Pandore, mais le bruit court qu'ils ne sont jamais loin. C'est à cause d'eux que les autorités de Pandore ont instauré un couvre feu pour obliger les Prescients à retourner au couvert des fortification bâties autour de Pandore, afin d'éviter au maximum les disparitions encore bien trop nombreuses. Lorsqu'un Kona Kanibal est repéré aux abords de la ville, les patrouilles de la garde le prennent en chasse immédiatement pour l'éloigner, voire l'abattre s'il résiste.

Ceux qui souffrirent le plus de l'arrivée des terriens sur Utajiri furent ceux que l'on surnomme aujourd'hui le "peuple voyageur", les Mandrivnyk, qui furent repoussés aussi loin de possible sur les côtes, massacrés en raison d'une méfiance hostile qui ne fut jamais réellement prouvée. Le peuple Mandrivnyk, habitué des déserts et des océans s'est replié, et garde des Prescients une rancœur exceptionnelle. Il fut un temps question de leur disparition, mais leur nombre commence à remonter, quoi qu'ils aient tendance à éviter les Prescients, et que leurs zones de vie, immenses, rendent toute observation compliquée, au même titre qu'il est difficile de savoir exactement à quel nombre s'élèvent leurs principaux alliés, les Kholodnyy. Ce peuple habitué des grands froids dont le territoire se confond par endroit avec celui du peuple voyageur est le plus craint par les autorités, et fut celui qui mis le plus à mal les défenses installées autour de Pandore. Si leurs armes sont loin de la technologie apportée par les terriens, et si, au premier abord leur organisation semble être proche des sauvages, ils firent rapidement montre d'une hargne et d'une détermination qui manquèrent de faire céder Pandore. Leurs cavaliers et l'unité qu'ils mirent en œuvre pour venir en aide aux Mandrivnyk durant la Purge prit tout le monde au dépourvu. Seule la puissance de feu de la ville parvint à les faire reculer, et la méfiance est aujourd'hui toujours de mise.

Depuis quelques années, les conflits ont fait place à une paix lourde de sens, chacun semble se regarder en chien de faïence, et les tensions restent palpables. Au sein même de Pandore, les avis sont divisés, entre ceux qui veulent cohabiter avec les natifs d'Utajiri, et ceux qui ne voient en eux qu'une menace. Si le Trigedasleng, la langue du peuple natif, est aujourd'hui enseignée à l'école pour les plus jeunes, c'est un point qui ne plait pas à tout le monde et qui est régulièrement remis en cause alors que les disparitions de Prescients se font toujours régulières au même titre que l'abattage systématique des représentants des peuples natifs qui franchissent les zones protégées de Pandore. Plus de cent ans après l'arrivée des terriens sur Utajiri, rien n'est encore gagné et la vie sur la planète de sauvetage est devenue plus semblable à une survie, quel que soit le camp dans lequel on nait.

codes de base © Ju de Never-Utopia / Edit © ceschosesetranges

Voir le profil de l'utilisateur http://dustandlife.forumactif.com
Utajiri
Admin
Crédits Signa : *
Messages : 34
Date d'inscription : 11/10/2015

Revenir en haut Aller en bas
Re: Chronologie et Histoire
CHRONOLOGIE


« Chronologie des grands évènements sur Utajiri »


An 1 (~2070) : Arrivée de la flotte du projet Exodus sur Utajiri. Suite à une défaillance technique, les Arches numéro trois, cinq et onze ne purent ralentir leur chute et se crashèrent, perdant l'entièreté de leurs passagers, trois autres arches connurent un débarquement difficile mais purent sauver une partie de leur équipage et passagers. Un mémorial en honneur aux pertes subies fut érigé au centre du camp qui se bâtit pour accueillir les voyageurs, mémorial qui se situe aujourd'hui encore au centre de Pandore, sur la place du Souvenir. Suite à l'arrivée sur la planète, le calendrier est remis à zéro, et le jour du débarquement constitue le premier jour de la première année.  Il ne faut que quelques semaines pour découvrir les premiers natifs. La réponse des autorités de Pandore est automatiquement d'user de la force, peu importe l'avis de certains groupes de terriens.


An 15 (~2085) : Après un travail acharné, Pandore commence à ressembler à un camp organisé. L'on voit se construire une muraille de plus en plus imposante qui fait le tour de la ville. Les natifs de toutes sortes sont maintenus à l'écart, mais de nombreux conflits isolés prennent des vies de chaque côté. Les tensions envers les natifs se font ressentir assez fortement. Les Konas Mudroho se montrent les plus paisibles mais ne sont pas moins méfiants voire agressifs lorsque l'on pénètre dans leurs terres.

An 23 (~2098) : Des cours d'apprentissage à la Défense de Pandore sont rendus obligatoires par les autorités. Ces cours sont dispensés à tous les jeunes entre 17 et 20 ans, sans distinction de genre, dans le cadre des études ou en cours du soir si la personne ne suit plus d'études. Ils s'étalent sur deux ans et sont validés par un certificat qu'il est impératif de présenter en cas de contrôle si l'on est âgé de vingt ans et plus et que l'on est né au cours de l'an 7 ou après cette année. Cet apprentissage doit permettre à tous les prescients d'être en mesure de se défendre ou de défendre les siens face à d'éventuelles attaques de natifs. Ils rendent aussi plus aisés les appels obligatoires à la Garde en cas de conflit. Seules les personnes handicapées moteur sont autorisées à ne pas suivre ces cours. En cas de besoin, l'apprentissage peut être adapté à la personne sur avis médical.

An 45 (~2115) : Les tensions envers les Mandrivnyks explosent, ces derniers se verront traqués et exterminés afin d'endiguer une menace pour les habitants de Pandore sans pour autant que les autorités n'acceptent de divulguer quelque information supplémentaire. Pendant ce temps Pandore continue de s'épandre et le territoire occupé par les prescients couvre maintenant la majeure partie de la plaine creusée entre les montagne Holos où s'est posée la flotte d'Exodus, remontant vers le Nord où les prescients installent les cultures et autres moyens de subsistance.

An 50 (~2120) : Après cinq ans de Purge, la chasse systématique du peuple Mandrivnyk est mise à mal par des agressions répétés du peuple du Nord, les Kholodnyy, qui détruisent une grande partie des cultures et installations nécessaires au bon fonctionnement de Pandore. La garde de Pandore fait le choix faire revenir ses troupes à la ville afin de protéger les habitants. Il ne faut que quelques semaines suite au retour des renforts pour faire reculer les Kholodnyy, essuyant de tous côtés d'importantes pertes en vies et matériel.

An 60 (~2130) : Pandore se remet doucement des conflits des années passées. Les réserves épuisées par les assauts des Kholodnyy reviennent à un niveau stable. La ville de Pandore continue de s'étendre afin de donner de l'espace à ses habitants. Les murs d'enceinte sont adaptés afin d'accueillir une cité bien plus grande dans les décennies à venir. Dans la ville cocon, l'atmosphère est bien loin de la nature environnante, entre travaux et évolutions constantes, beaucoup déplorent une ville sombre et métallique, mais tous se confortent à cette zone de sécurité, la majorité de la population préférant fermer les yeux quant aux tensions toujours présentes avec les natifs.

An 87 (~2157) : Trente-sept ans: ce fut la plus longue période d'une paix toute relative depuis le débarquement des terriens sur Utajiri. Dans ces années ne sont pas comptées les nombreuses agressions et disparitions encore essuyées par les prescients, ni les traques de certains natifs et autres mises à mort camouflées derrière de la légitime défense. Mais l'année 87 vint marquer les mémoires et briser de ce fait le calme relatif imposé par la situation. Ce fut un malentendu qui ébranla le calme, lorsqu'une équipe de scientifiques envoyée à l'extérieure sous protection réglementaire de la Garde vit tomber un représentant du peuple Kona. Les rapports affirment que l'homme qui tira sur le jeune garçon pensait à un Kona Kanibal armé. Il s'agissait en réalité d'un jeune curieux appartenant aux Kona Mudroho. L'équipe ne donna plus de nouvelles malgré les recherches. Les quinze corps furent découverts deux semaines après leur disparition, au beau milieu des cultures terriennes, ornant sans vie de large piquets de bois à la manière d'épouvantails que l'on aurait placés là pendant la nuit. Ce fut la première véritable action offensive répertoriée des Mudroho à l'encontre des Prescients en dehors de la protection de leurs terres.

An 100 (~2170) : Pandore atteint la taille qu'elle mesure encore aujourd'hui. Les natifs ne sont autorisés à entrer dans l'enceinte de la ville que pour des évènements spéciaux, sur autorisation, et contrôle rapproché. En ville ils sont considérés comme étant autant en danger face aux Prescients qu'un prescient en dehors de la ville cocon à la nuit tombée. Les regards sont toujours hostiles, et les langues peinent à se délier. Si certains avis divergent, les prescients restent pour la plupart hostiles aux natifs.

An 110 (~2180) : Le Trigedasleng, langue des natifs, entre dans l'enseignement à partir de 10 ans chez les prescients, une manœuvre sensée rendre plus simple la communication avec les natifs pour éviter que des situations du type de celle de 87 ne se représentent. C'est un choix des autorités qui est loin de plaire à bon nombre de familles qui refusent que leurs enfants apprennent cette langue. Les avis divergent, les manifestations secouent les rues, mais les autorités ne reviennent pas sur leur décision. Pour les plus âgés des étudiants et les adultes, il est possible de spécialiser l'étude de cette langue au parler des Mandrivnyk qui utilisent un dialecte similaire mais propre à leurs représentants.


codes de base © Ju de Never-Utopia / Edit © ceschosesetranges
Voir le profil de l'utilisateur http://dustandlife.forumactif.com
Chronologie et Histoire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Héritage] Chronologie des Mémoires de Kizenhrak
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS
» [RP] Histoire d'un joyeux brigand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DUST AND LIFE :: Les Registres :: Grande Bibliothèque :: Annexes-